Le métier de camionneur : une profession méconnue

Le camionnage est un métier particulièrement exigeant. Toutefois, la profession se porte encore bien aujourd’hui, puisque le transport routier reste le premier moyen de déplacement du fret en Amérique du Nord.

De la formation nécessaire aux perspectives d’emploi, découvrez tous les contours d’un métier que l’on pense, souvent à tort, bien connaître.

Comment devenir camionneur ?

La première étape est indispensable : obtenir les permis de conduire classe 1, 2 et 3.

Pour obtenir ce permis, vous devez déjà être détenteur du permis de conduire québécois de classe 5 depuis au moins deux ans.

Entre les examens médicaux et théoriques, les tests visuels et la période d’apprentissage sur la route, l’obtention de ce permis n’est vraiment pas de tout repos.

Une fois cette étape terminée vous devez vous mettre en quête d’un emploi dans le domaine.

Privilégiez le transport de marchandises, c’est encore en 2017 le principal employeur de ce secteur d’activités.

D’ailleurs, l’industrie du camionnage est en pleine expansion et les offres d’emplois sont de plus en plus nombreuses.

Les métiers de l’industrie du transport routier concernent près de 200 000 travailleurs au Canada et rapportent autour de 30 milliards de dollars en revenus annuels.

Objectifs et responsabilités d’un transporteur routier

Comme son nom l’indique, la conductrice ou le conducteur d’un poids lourd doit prendre les commandes du véhicule afin de transporter des marchandises du fournisseur jusqu’au client.
Il doit également effectuer le chargement et le déchargement des marchandises.

Enfin, les tâches d’entretien, de dépannage et de gestion des imprévus sont elles aussi la responsabilité du camionneur.

De plus, il est bien souvent stipulé dans les contrats de transport que les marchandises doivent arriver en bon état, au lieu spécifié et à l’heure prévue.

Quelles compétences pour être un bon camionneur ?

Les qualités que doit posséder un bon transporteur routier sont nombreuses et très diverses :

  • Concentration, prudence et grande résistance à la fatigue.
  • Courtoisie au volant et avec les clients.
  • Responsable de son véhicule, de sa conduite et de la marchandise.
  • Grande autonomie et acuité sensorielle.

Pour finir, le camionneur doit aimer la route, avoir un intérêt prononcé pour les véhicules lourds et par-dessus tout ne pas avoir peur des longues périodes de solitude.

Évolutions et améliorations de ce métier difficile

Le métier de camionneur est un travail difficile physiquement, mais également mentalement. Toutefois des améliorations considérables ont été constatées ces dernières années au niveau du confort des véhicules. L’utilisation des nouvelles technologies a d’ailleurs permis aux conducteurs d’améliorer passablement leurs conditions de travail.

Les perspectives d’emploi dans le domaine du camionnage sont multiples puisqu’il existe de nombreux employeurs au Canada.

Il y a bien évidemment les entreprises de transport, mais aussi les entreprises de construction ou de travaux publics, les entreprises de distribution, les municipalités et les gouvernements.

Conclusion

Vous l’avez compris, le métier de camionneur est une profession pour les passionnés de mécanique et les grands solitaires amoureux de la route.
Le transport routier reste encore en 2017, un secteur d’emploi très dynamique.